Depuis sa création, le CAPUI demande l'arrêt du "Tout à Achères", et une diminution du volume des eaux usées traitées à l'usine Seine Aval.

Cette diminution ne pouvait être obtenue que par la création d'autres stations d'épuration autour de la région parisienne, en amont de Seine Aval.

Cette opération de "déconcentration" fait l'objet du schéma d'assainissement appelé  scénario C. Mais la création ou l'aménagement de nouvelles usines s'est fait longtemps attendre.

En 2006, l'extension de Seine Amont (à Valenton) a permis de réduire le débit moyen à Seine Aval de 2 100 000 m3 par jour à 1 700 000 m3 par jour.

Le CAPUI soutient qu'il est encore possible de réduire ce débit moyen, largement dépassé par temps de pluie.